top of page

Vivre des relations plus profondes grâce à l'outil des niveaux d'intimité.

Dernière mise à jour : 16 avr. 2023

Comment utiliser la vulnérabilité comme guide pour des relations plus authentiques ?


L’importance de la vulnérabilité dans les relations humaines :


La vulnérabilité est un élément central de l’amitié, qui envoie deux signaux puissants à la personne avec qui vous communiquez :

  • Nous lui faisons confiance : lorsque nous ne faisons pas confiance à quelqu'un, nous sommes plus à même de cacher nos véritables intentions et de masquer nos émotions.

  • Nous souhaitons approfondir la relation : l’amitié naît lorsque deux personnes sont capables de partager avec l'autre non seulement leurs succès, mais aussi leurs doutes secrets, leurs peurs et leurs erreurs du passé.

Les personnes ouvertes émotionnellement et qui parlent ouvertement de leur vie personnelle, sont perçues comme plus aimables, et comme étant des personnes à qui l’on peut davantage faire confiance que celles qui cachent leurs émotions ou qui partagent uniquement sur les aspects positifs de leur vie.


Mais se montrer vulnérable, c’est aussi prendre le risque de se sentir rejeté·e. Le résultat, c’est qu’il est parfois très difficile de s’ouvrir, on peut alors se sentir enfermé·e dans des relations qui nous paraissent superficielles ou peu engageantes, ou avoir un sentiment global de ne pas savoir s’intégrer ou d’être exclue.


C’est la fameuse phrase « se sentir seul·e en étant entouré·e » : les relations « superficielles » ou peu approfondies peuvent être agréables. Mais lorsqu’elles constituent l’entièreté de notre répertoire amical, on peut ressentir énormément de solitude dans les moments difficiles de notre vie.


De l’autre côté du spectre, on trouve des personnes qui partagent trop vite, trop fort. Et qui peuvent parfois se sentir exclues ou mises de côté pour leur sensibilité, ou risquent d’engager leur confiance dans des relations qui ne sont pas réciproques ou avec des personnes qui ne prennent pas soin d’elles. Les relations sont souvent plus intenses et épanouissantes que pour les personnes qui ne s’ouvrent pas du tout, mais elles sont aussi plus risquées.


Certaines personnes ont déjà longuement épilogué sur l’importance de la vulnérabilité dans les relations amicales et amoureuses. Si vous n’avez jamais pris le temps de regarder le Ted Talk de Bene Brown, le pouvoir de la vulnérabilité, c’est le moment ou jamais ! Cet article n’a pas pour but de vous rappeler tout cela. Mon intention, c’est de vous présenter l’outil des différents niveaux d’intimité pour s’ouvrir de façon sécurisée dans ses relations, en progressant de façon simple vers des partages de plus en plus vulnérables, sans prendre trop de risques ou brûler les étapes.


Les différents niveaux d’intimité :



Quelques questions à se poser pour mieux se connaitre :


La première chose que l’on peut faire avec cet outil, c’est l’utiliser pour mieux comprendre comment on fonctionne avec les autres et mieux situer ses différentes relations.

  • À quel niveau d’intimité se situent mes relations avec mes ami·e·s, ma famille, dans mes relations amoureuses ?

  • Est-ce que je m’ouvre facilement ou difficilement ?

  • Comment j’approche les autres ?

  • Quels niveaux d’intimité étaient acceptés dans ma famille quand j'étais enfant ?

  • Est-ce qu’il y a des personnes avec qui c’est plus facile ou plus difficile pour moi de m’ouvrir ?

  • Est-ce que je me sens « bloqué·e » avec certaines étapes de l’intimité (avoir du mal à monter « plus haut ») ?

  • Ou, au contraire, est-ce que j’ai de la difficulté avec les premiers niveaux et les interactions qui sont en bas de l’échelle, tout en me sentant très à l’aise avec les conversations plus profondes ?

  • Est-ce que je me sens satisfait·e de mon rapport à l’intimité tel qu’il est aujourd’hui ?


La règle de la « correspondance +1 » pour augmenter le niveau d’intimité dans une relation.


Une fois que l’on comprend mieux son fonctionnement, on peut utiliser la règle de la « correspondance +1 » pour approfondir nos relations.


Le principe est très simple. Lorsqu’on interagit avec une personne, on peut essayer de repérer à quel niveau d’intimité elle interagit avec nous, et faire correspondre nos partages avec le niveau d’intimité qu’elle nous propose (→correspondance). Si on le souhaite approfondir la relation, on peut faire des partages qui se situent un niveau au-dessus de nos interactions habituelles (→+1).


Une fois la relation installée, on arrive plus naturellement à des conversations qui sont plus profondes et stimulantes.


Prenons un exemple :


Vous discutez régulièrement avec un collègue de travail avec qui vous vous entendez très bien. Vous sentez que vous pourriez devenir ami·e·s… Mais pour le moment, les relations restent assez superficielles : vous parlez du trafic routier en arrivant au travail (niveaux 1-2), parfois de vos vacances ou de vos activités en dehors du travail (niveaux 3-4), mais vous ne savez pas comment faire pour approfondir la relation sans risquer de dire quelque chose d’inapproprié ou de gênant.


En suivant ce modèle, vous pourriez commencer par partager une opinion plus risquée, par exemple sur quelque chose que vous n’aimez pas dans votre travail, ou parler de certaines de vos activités plus inhabituelles, sans rentrer tout de suite dans des choses très personnelles (niveaux 5-6).

  • « Je suis très admiratif·ve de Charlie, elle m’impressionne, je n’ose pas toujours aller lui parler. »

  • « Je déteste quand notre boss fait… »

  • « Je n’en parle pas souvent, mais j’aime bien regarder les histoires d’amour des Télénovela espagnoles sur mon temps libre. »

Si votre collègue vous répond d’une façon positive et/ou commence lui aussi à vous partager ses jugements ou ses activités, alors on peut petit à petit faire évoluer la relation vers encore plus d’intimité en montant d’un cran. On arrive alors aux niveaux 7-8, qui consistent à partager des choses plus personnelles, comme par exemple parler de sa vie amoureuse ou intime, ou exprimer des émotions plus intenses. C’est à ce moment que la vulnérabilité commence à s’installer. On peut parler de ce qui nous tient à cœur, de choses qui nous chamboulent émotionnellement ou de questionnements sur sa vie personnelle.

  • « Hier, j’ai eu un date avec Lou, je peux te raconter ? J’aimerais bien avoir ton avis sur quelque chose. »

  • « Je me sens perdu·e dans ma vie professionnelle en ce moment, c’est très déstabilisant et ça affecte ma confiance en moi… »

Enfin, si on souhaite encore approfondir la relation, alors on peut discuter de la relation elle-même, ou partager une volonté de passer plus de temps avec notre collègue (niveau 9). On imagine parfois que ce niveau est réservé aux relations sentimentales ou sexuelles… C’est faux ! Dire à une personne qu’on l’apprécie et qu’on souhaite partir en week-end avec elle est un acte intime qui a toute sa place dans des relations amicales.

  • « Je pars une semaine en vacances à la mer avec des amies en juillet. Je pense que vous vous entendriez super bien, ça te dirait de te joindre à nous ? »

  • « Je t’apprécie beaucoup, j’aimerais bien te voir en dehors du travail. Ça te dirait d’aller boire un verre ensemble mardi soir ? »

Et si vous souhaitez travailler plus activement à augmenter votre niveau d’intimité avec une personne en particulier, vous pouvez vous poser ces questions :

  • À quel niveau d’intimité se situe notre relation ?

  • Ai-je révélé beaucoup d’informations personnelles à cette personne ?

  • Est-ce que cette personne fait correspondre son niveau d’intimité avec ce que je lui partage ? Est-elle également ouverte dans la relation ?

  • Si je voulais monter d’un niveau d’intimité dans la relation, à quoi cela ressemblerait en pratique ?


Je m’ouvre « trop rapidement » :


Si vous avez l’impression de vous ouvrir trop vite, l’important est de vérifier que la personne s’ouvre aussi à vous et vous envoie des signaux de confiance avant de passer au niveau du dessus.

Pour faire simple, on veut éviter de partager des choses qui sont aux niveaux 7-8 avec une personne qui partage uniquement aux niveaux 3-4, au risque de se retrouver dans une relation déséquilibrée.

Vous pouvez vous intéresser à sa réalité en lui posant d’avantage de questions sur sa vie personnelle, pour jauger le niveau d’intimité qu’elle est à l’aise de partager avec vous, et ainsi pouvoir s’adapter à elle.


Ça vient d’où ?


L’outil de la « correspondance +1 » est utilisé dans la thérapie comportementale dialectique dite « d’ouverture radicale » (RO-DBT en anglais). Cette thérapie, issue des TCC de « 3ème vague », a été pensée pour aider les personnes qui souffrent d’une trop grande inhibition dans leurs relations interpersonnelles, avec une difficulté à s’ouvrir aux autres et à se rendre vulnérables. Et si tu te sens en difficulté dans ton rapport à l'intimité, saches que ce sont aussi des sujets qui peuvent être abordés en consultation de sexologie.

487 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page